LES VIEUX MODELES ONT LA PEAU DURE

  • 0

LES VIEUX MODELES ONT LA PEAU DURE

Bien que le modèle paternaliste ait sensé avoir disparu des sphères économiques et sociales en entreprises, des vieux schémas réapparaissent cycliquement dans le management actuel de sociétés.

Jadis, en effet, la seule façon de « gouverner » en entreprise était le paternalisme pur et dur. Pas de dialogue entre dirigeant et employés, on informait après coup et sans concertation possible, des directives prises à appliquer et à exécuter. Les choses étaient, la plupart du temps, imposées. Ce modèle était efficace et peu remis en question lorsque les deux parties y trouvaient leur compte. En effet, il y a un siècle ou deux, le niveau d’études et de professionnalisme n’était pas aussi démocratique et étendu. On voyait par conséquent moins d’inconvénient (et plus de confort) à obéir bêtement à des ordres sans rien remettre en question. Les dirigeants se sentaient eux utiles et voyaient leur ego gonfler démesurément. C’était une époque avec une façon d’appréhender la vie bien différente de celle d’aujourd’hui. Efficace jadis, cette méthode archaïque connaît aujourd’hui ses limites.

leadership-development6x41

Sont donc apparues de nouvelles formes de management plus responsables et plus humaines à la fois. Ces nouvelles façons de diriger commencent à réellement creuser leurs sillons. Pour autant, à intervalles réguliers, réapparaissent ces manières de diriger d’un autre âge, en totale contradiction avec les BDES actuelles. De vieilles notions centrées sur la peur, le manque de confiance et le contrôle infantilisant surgissent dans les façons d’agir des dirigeants actuels. Les femmes managers ne sont pas en reste puisqu’elles aussi sont contaminées par ces manières de diriger rétrogrades !

Il apparaît donc nécessaire de réveiller ces chefs d’entreprises et ces managers. Il serait utile de proposer, par exemple, des stages non pas basés sur la performance à tout prix mais sur l’humanité et l’empathie pour comprendre, qu’à long terme, c’est l’unique solution. A l’heure actuelle, il s’agit du fondement de chaque BDES contemporaine.
La deuxième solution serait d’accepter la venue d’un consultant en ressources humaines. Un élément extérieur à l’entreprise apporterait un œil neuf et le recul nécessaire face aux difficultés rencontrées. Le management moderne n’est certes pas chose facile, les vieilles habitudes ont quelquefois la peau dure chez certains. Pourtant, avec une vigilance de chaque instant, on peut parvenir à manager une équipe dans les meilleures conditions possibles, et pour chacun. Cette solide base assurera, sur la durée, à la fois des résultats significatifs au niveau du chiffre d’affaires de l’entreprise mais également un bien-être et une fidélité indéfectibles des collaborateurs.